La 141R420

Les 141Rest-il encore nécessaire de les présenter ?

Cette emblématique série de 1300 locomotives construites aux USA pour la France à la fin des années 40 est la plus grande commande réalisée par la SNCF. Ces machines de 188 tonnes en ordre de marche développant presque 3000 CV peuvent aller à 100 km/h. Elles ont tracté des trains mythiques comme le mistral, le train bleu ou encore la flèche d’or en double traction avec les 231 Pacific.

Plusieurs d’entre elles ont été sauvées in extremis du ferraillage et circulent aujourd’hui en tête de trains touristiques. A ce jour en France, seules 3 exemplaires sont en état de marche : notre 141R420 , la 141R840 (Orléans) et la 141R1126 (Toulouse). Il est à noter que 2 machines (n°568 et n°1244) circulent en Suisse.

Made in USAla naissance des "Belles Américaines"

A la fin de la seconde guerre mondiale, la toute jeune SNCF se trouve privée d’une grande partie de ses installations et de son matériel. En parallèle de la reconstruction des voies, des ouvrages d’art et des bâtiments, il faut trouver rapidement un moyen de produire des locomotives en grande quantité. L’industrie française n’en ayant alors pas la capacité, on choisit de recourir aux constructeurs américains et canadiens. Dans l’urgence de l’époque, c’est la firme Baldwin Locomotive Works qui dessina les plans, en adaptant un modèle américain mis au point pour la première guerre mondiale. Outre le passage au gabarit SNCF, certains équipements furent modifiés ou ajoutés : attelage à tendeur et tampons, conduite à gauche, écrans pare-fumées etc…

Issue du modèle « Mikado légère USRA », la R est la locomotive universelle par excellence: très simple mécaniquement, robuste, de puissance moyenne, relativement peu coûteuse en entretien et apte à tout faire. Ces qualités assureront à la série un service intensif jusqu’à la fin de l’ère de la traction vapeur. Pour tirer un rendement maximum de ces locomotives, et pour redresser au plus vite l’économie du pays, elles sont conduites en banalité (les équipes de conduite se relaient). Une innovation pour la SNCF, qui leur permet d’atteidre des parcours journaliers records de 500km, et même 800km en 1949 sur la région Ouest. Dans les années 50, elles assurent 45% du tonnage total de la SNCF.

La vapeurUn art de vivre partagé

La conduite et l’entretien d’une locomotive à vapeur constituent un savoir-faire né d’une autre époque. Les gestes et les coups d’oeil se transmettent d’une génération à l’autre, par la pratique et la passion du métier: la vapeur ne s’apprend pas, elle se vit.

Les travaux effectués au fil des années sur la machine nous permettent d’accéder à ses moindres recoins. Les connaissances techniques viennent par la pratique et le feuilletage des plans, mais surtout par la curiosité: démonter, nettoyer, graisser, remonter… si les voyages font naître des émotions extraordinaires, l’entretien d’un monstre de métal de 190 tonnes ne manque pas de piquant !

Ici ou ailleurs, des poignées de bénévoles de tous horizons consacrent des journées et même des soirées entières pour perdurer la fabuleuse histoire de la traction à vapeur.

Caractéristiquesla 420 en quelques chiffres

Comme on peut s’en douter, le chemin de fer est un monde à part avec des dimensions hors du commun. Et c’est d’autant plus remarquable pour les locomotives à vapeur : puissante Pacific de train de voyageurs ou lourde machine de train de marchandises, les chiffres hors-normes sont au rendez-vous.

Même si les 141R sont des locomotives « moyennes », les panaches noirs visibles sur les images d’archive trahissent leur côté glouton. En effet, les belles américaines sont aptes à tous les services, mais au prix d’une consommation bien supérieure aux autres locomotives plus perfectionnées. En revanche, elles ne demandent que 27h d’entretien aux 1000 km, ce qui les classe loin devant le reste du parc de la SNCF. En fin de carrière, elles dépassent largement le million de kilomètre au compteur.

  • 191t masse en service
  • 100km/h vitesse maximum
  • 15.5bar timbre de la chaudière
  • 24.13m longueur totale
  • 400km autonomie moyenne

Labeur et reposla vie personnelle et mouvementée de la 141R420

La 141R420, construite par American locomotive company (ALCO), fut mise en service le 23 août 1946, au dépôt de Mézidon sur la région Ouest. Après un long séjour à Creil sur le Nord, elle acheva sa carrière à Sarreguemines en Lorraine en tractant le 27 mars 1974 le tout dernier train commercial en traction à vapeur de la SNCF. Après avoir séjourné aux dépôts SNCF de Vierzon et Nevers, elle rejoignit celui de Clermont-Fd en Mai 1979. Elle a été ré-agréée à circuler le 20 avril 1982, et classée au titre du patrimoine industriel en 1987. Elle est désormais la seule R charbonnière de France.

Notre mikado a parcouru 73 400 km depuis sa remise en service jusqu’à la fin de l’année 2012, après avoir participé à de nombreuses commémorations qui la conduisirent jusqu’en Hollande, à faire des trains touristiques jusqu’en Suisse et même à participer à de nombreux films et téléfilms tels que Lucie Aubrac de Claude Berri.